Le défi « Bouge ton corps »

Au secours !

Ma chaise avale toute mon énergie !

A l’école, les élèves passent de nombreuses heures assis. Souvent captés par les écrans chez eux, pratiquant fort peu d’activités physiques ou sportives dans leur temps libre, ils sont sédentaires. Les trente minutes d’activités physiques par jour sont une des réponses à cet excès de sédentarité.

Notre objectif :

Dépasser les 5000 « points énergie » pour le département. A la fin de la semaine, chaque classe remplit les activités physiques qui ont été pratiquées dans le formulaire en ligne.

Pour rentrer vos données de classe, cliquer ici

Règlement du défi :

  1. Le défi commence le 20 février 2023 et se termine le 17 mars 2023 inclus.
  2. Les activités physiques sont classées selon le barème suivant :
  • EPS : 20 points quelque soit la séance proposée.
  • Activités de faible intensité type jonglage, lancer de précision, danse, marelle… : 2 points
  • Activités d’intensité moyenne, type marche, saut à la corde, jeu collectif calme, … : 5 points
  • Activités à forte intensité type course, danse (zumba), jeu collectif ou de poursuite, vidéo « Tabata » (voir sur le site 30minutesAPQ) … : 10 points

En panne d’idées : c’est par ici !

  1. Si l’enseignant participe lui aussi, la classe gagne un bonus de 2 points.
  2. La durée de l’activité n’est pas prise en compte pour ce défi.
  3. Chaque semaine, la classe réalise les défis pour lesquels elle s’est engagée et envoie le total des points obtenus à l’adresse : ici
  4. Chaque défi réalisé permet de collecter des points pour progresser dans l’aventure collective.
    La classe peut participer selon son choix une seule semaine, ou pendant les quatre semaines du défi.
  5. Les points sont comptabilisés chaque semaine, et les participants sont informés du score départemental. Lorsque le total des points atteint 5000 points, le défi est gagné !

Pour en savoir plus sur l’intérêt des activités physiques quotidiennes, quelques mots du professeur Carré (CHU de Rennes)

Du matériel rugby pour les classes

Dans le cadre du partenariat avec le comité départemental de Rugby de Saône et Loire, l’équipe EPS a eu le plaisir de recevoir Xavier MERLE, Président du CD71, Laurent PERRARD, directeur de la Ligue régionale Bourgogne Franche Comté, Matthieu FLEURUS, Conseiller Technique et Morgan BARAULT, salarié du CD71.

Cette rencontre a été l’occasion de présenter les aspects pédagogiques de l’activité rugby à toucher 2 secondes et de remettre à chaque circonscription une dotation de matériel : ballons, chasubles, plots et flags, utiles à la mise en place de l’activité dans les classes.  Les enseignants pourront emprunter le kit et les projets pédagogiques cycle 2 et cycle 3 qui l’accompagnent auprès de leur conseiller pédagogique.

Merci au comité départemental, son président et ses conseillers techniques, merci à la Ligue régionale de Rugby !

En parallèle de la Coupe du Monde, de nombreuses initiatives vont permettre aux enseignants de conduire des cycles sportifs avec l’aide des clubs locaux, des rencontres et de vivre des formations, permettant aux élèves de découvrir le rugby à l’école.

L’USEP a ainsi organisé la 1ère coupe du monde de rugby en partenariat avec le Comité Départemental de rugby le 22/11/2022.

Définition du rugby toucher + deux secondes :

Le rugby « toucher + 2 secondes » est une forme de jeu sans plaquage, visant à encourager la prise d’informations, de décisions, le travail des appui et l’évitement. Lorsque le porteur de balle est touché à 2 mains par un adversaire, il a 2 secondes pour faire une passe. Adapté à nos élèves, il permet de conduire l’activité dans la cour de l’école.

Génération 2024, campagne 2022 2023

Le label Génération 2024 permet à toutes les écoles qui partagent la conviction que le sport change les vies de bénéficier de l’énergie unique des Jeux.

Les écoles labellisées depuis le 21 juin. Elles l’ont fait !

  •  Clos Jovet AUTUN
  • Victor Hugo AUTUN
  • Saint Denis BOURBON-LANCY
  • Ecole élémentaire ANOST
  • Ecole élémentaire LA CELLE EN MORVAN
  • Ecole maternelle Gouze-Mitterand EPINAC
  • Ecole élémentaire MESSEY-SUR-GROSNE
  • Louis Aragon MONTCEAU
  • Ecole des oiseaux MONTCEAU
  • Ecole Jean Rey SAINT SYMPHORIEN D’ANCELLES
  • Ecole élémentaire SENNECEY-LE-GRAND
  • Simone Veil TOULON SUR ARROUX

Déjà deux écoles candidatent pour 2022-2023

Montret et Champ Cordet à Torcy

Sur quoi s’engagent les écoles (tout ou partie) ?

Développement de projets structurants avec les clubs sportifs :

  •  Organiser un évènement commun (portes ouvertes sportives, tournois, exhibitions ou autre animation)
  • Réaliser une information de l’offre sportive territoriale des clubs.
  • Signer une convention entre l’école et des clubs (AS/Club, sections sportive/club.)
  • Organiser un voyage scolaire à thème sur un évènement sportif.

Participation aux évènements promotionnels olympiques et paralympiques :

  • Organiser une action interne à l’école
  • Organiser une action concertée entre l’école et les clubs locaux/CDOS
  • Faire intervenir un sportif de haut-niveau (notamment les sportifs paralympiques) sur cette thématique dans l’école
  • Organiser un voyage scolaire à thème sur un site olympique

L’année 2024 approche, et nous aurons à accompagner de nouvelles écoles vers la labellisation. Jusqu’à présent il y avait peu d’avantages pour ces écoles, désormais, elles pourront bénéficier des coupons Génération 2024.  Une somme permettant de financer jusqu’à 300 euros d’intervention d’un ou plusieurs clubs sportifs dans l’école.

Délivré par le ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse, et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le label vise à développer les passerelles entre le monde scolaire et le mouvement sportif pour encourager la pratique physique et sportive des jeunes.

Être labellisé Génération 2024, c’est s’engager à mettre plus de sport dans le quotidien des élèves et permettre au plus grand nombre de vivre l’aventure olympique et paralympique dès maintenant

Le lien pour déposer une candidature à la labellisation « Génération 2024 » est le suivant :
https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/dossier-de-candidature-a-la-labellisation-generati

Le lien ci-dessous vous fournit les explications nécessaires :
https://doc.demarches-simplifiees.fr/tutoriels/tutoriel-usager

L’expertise de l’Usep est un point d’appui important.

Les écoles sont labellisées par un comité de pilotage académique qui a lieu en juin, en fonction de la pertinence du projet éducatif et de sa conformité au cahier des charges. De nombreux exemples sont disponibles pour vous aider à la rédaction du projet.

Pour en savoir plus :

Pierre Martinerie,  cpdeps.71@ac-dijon.fr

Yvan Cap,  sportscolaire71@ac-dijon.fr

Plan départemental d’actions pour la sécurité routière.

L’État finance chaque année un plan départemental d’actions pour la sécurité routière (PDASR). Ce PDASR a pour but de recenser, de coordonner et d’aider à la réalisation des actions de sécurité routière soit par la mise à disposition d’intervenants départementaux de sécurité routière (IDSR), soit par l’octroi d’aides matérielles et financières.

La lutte contre l’insécurité routière étant l’affaire de tous, ce PDASR concerne de nombreux domaines et bien sûr la sensibilisation des plus jeunes dans les établissements scolaires. Les écoles intéressées peuvent candidater par appel à projets et trouver les documents nécessaires sur le site de la Préfecture de Saône-et-Loire (lien ci-dessous)

Le PDASR 2023 sera élaboré, comme l’année passée, selon une méthodologie d’appel à projets.

Le délai de réponse pour cet appel à projets est fixé au 15 février 2023.

Il est encore temps de déposer son projet !

Toutes les informations sont disponibles sur le site Internet de la Préfecture de Saône-et-Loire. Vous y trouverez notamment le règlement du PDASR et la lettre de M.le préfet de Saône-et-Loire.

La surveillance en piscine, principes généraux.

Lors des séances de natation, activité par nature à encadrement renforcé, faisant appel à d’autres intervenants (Maître Nageur Sauveteur, parents agréés), l’enseignant reste responsable de l’activité tout au long de son déroulement.

La noyade est, la plupart du temps, la conséquence de dysfonctionnements.  En cas d’accident, c’est souvent le défaut de surveillance qui est en cause.

Voilà quelques principes qui définissent une surveillance efficace, indispensable pendant tout le déroulement de l’activité de natation : avant, pendant et après l’arrivée dans le bassin.

Définition et principes généraux et nature de l’obligation de surveillance (pour les activités aquatiques)

La surveillance s’impose dès lors que la baignade est réglementairement ouverte au public.

La surveillance doit être exclusive

La circulaire du 20 mai 1966 précise que « le maitre-nageur sauveteur ne peut, durant son service de surveillance, assumer une autre fonction (leçon de natation…) ». Le Conseil d’Etat a rappelé cette obligation.

 La surveillance doit être vigilante

Le défaut de vigilance peut s’apparenter à un manque d’attention, il peut être caractérisé dans de nombreux cas : le bavardage, dos au bassin (Pau, le 11 février 1992), la consommation d’un café au bord du bassin (Montpellier, le 11 juin 1998). Il peut s’agir d’un choix défectueux de l’emplacement de surveillance, comme la non utilisation d’une chaise haute, alors que la piscine en était équipée (TGI de Bourg-en-Bresse, le 16 mars 1993) ou d’une mauvaise coordination de la surveillance. Il convient à l’enseignant de signaler tout problème, et si besoin, de faire sortir les élèves en cas de défaut de surveillance.

La surveillance doit être active

Les juges sanctionnent l’indolence des éducateurs alors qu’ils sont à proximité des pratiquants : « Cette surveillance est une tâche à part entière, différenciée des tâches pédagogiques ou de toute autre tâche matérielle. Elle doit être constante et exclusive. » Cette recommandation est valable pour tous ceux qui encadrent l’activité, c’est un point sur lequel on insiste dans les sessions d’agrément des parents bénévoles.

 La surveillance doit être constante

L’article L 322-7 du code du sport stipule que « toute baignade et piscine d’accès payant doit, pendant les heures d’ouverture au public, être surveillée de façon constante par du personnel qualifié titulaire d’un diplôme délivré par l’Etat et défini par voie réglementaire ».

Cette surveillance incombe à tous les encadrants de l’activité : enseignants, parents, MNS, elle doit avoir lieu pendant toute la durée de l’activité natation : dès l’entrée dans l’établissement, durant l’activité et après la sortie du bassin. Les moments les plus critiques sont les temps de liaison entre deux temps de l’activité.